Immobilier - Construction - Urbanisme

Contentieux commercial
Engagement de caution solidaire : la charge de la preuve du caractère disproportionné incombe à la caution, mais le créancier professionnel a un devoir de mise en garde

Engagement de caution solidaire : la charge de la preuve du caractère disproportionné incombe à la caution, mais le créancier professionnel a un devoir de mise en garde

Publié le : 20/10/2017 20 octobre oct. 10 2017

Conformément à l’arrêt du 13 septembre 2017 (pourvoi n°15-20.294) de la Chambre commerciale de la Cour de cassation, les dispositions des articles L.332-1 et L.343-3 du Code de la consommation n’imposent pas à un créancier professionnel de vérifier la situation financière d’une personne physique lors de son engagement de caution : la caution supporte, lorsqu’elle l’invoque, la charge de la preuve de démontrer que son engagement était, lors de sa conclusion, manifestement disproportionné.

Dans cette affaire, la compagne du gérant d’une société s’était rendue caution solidaire des sommes pouvant être dues par celle-ci à la banque, dans la limite de 480.000 euros en principal, pénalités et intérêts de retard. A la suite de la liquidation judiciaire de la société, la banque avait déclaré sa créance et assigné en paiement la caution, laquelle avait alors invoqué, d’une part, la disproportion de son engagement et, d’autre part, sollicité l’octroi de dommages-intérêts pour manquement de la banque à son devoir de mise en garde avec demande de compensation.

En l’espèce, aucune pièce relative à sa situation financière et patrimoniale à la date de l’engagement n’ayant été versée aux débats, le moyen tenant au caractère disproportionné de la caution est rejeté.

Le second moyen du pourvoi, fondé sur le manquement de la banque à son devoir de mise en garde est, cependant, accueilli favorablement par la Cour de cassation : en retenant que la caution devait, au regard de ses compétences professionnelles (en l’espèce, attachée de direction) être considérée comme une caution avertie et qu’elle ne pouvait se méprendre sur ses obligations, la Cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision. En ne précisant pas de quelles compétences il s’agit, ces motifs sont, selon la Cour de cassation, impropres à établir que la caution était avertie.

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Information sur l'espace client
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.